Accueil > Côté personnel... > Une voix ...

Une voix ...

vendredi 27 juin 2008, par marc

Pour la première fois de ma vie, ce mardi 17 juin je poussais la porte d’un tribunal pour assister à l’audience qui jugeait l’auteur d’un blog révisionniste mettant en cause le déroulement des évènements du 9 juin 1944 à Tulle.

Ce procès d’une haute tenue, conduit par un président rigoureux canalisant et dirigeant les débats avec une grande maîtrise a été ponctué de moments d’une intensité extrême.

Le point d’orgue est survenu au moment où, faisant suite à la longue litanie des plaidoiries de la partie civile, madame le bâtonnier Martine Gout prend la parole...

Une voix s’élève alors dans la salle d’audience, une voix puissante, forte implacable. Une voix aux accents rocailleux et chantant à la fois, une voix "qui parle" aux gens de Tulle. La salle d’audience petit à petit se fige.

Un souffle puissant monte dans le prétoire comme si tous les vents de la Corrèze s’étaient levés et balayaient d’un grand courant d’air frais le désespoir et la honte. En quelques minutes l’accusé n’est plus qu’une figure pitoyable qui gribouille nerveusement des notes pour se donner une contenance.

Mais la voix poursuit et s’enfle, c’est la voix d’une ville martyrisée, humiliée qui clame haut et fort la mémoire de ses martyrs. Alors devant nous défile le long cortège des suppliciés et des déportés à qui l’on restitue l’honneur et la dignité .

L’atmosphère est minérale, les regards se fixent, l’émotion est intense et palpable. Des sanglots secouent des épaules, moi même je sens une boule se former dans ma gorge.

La Justice n’est pas un spectacle et comme il est difficile d’exprimer avec de pauvres mots ce moment d’émotion intense...

Merci Madame le bâtonnier pour ce verbe, pour ce souffle, pour la mémoire.

Répondre à cet article