Accueil > Côté personnel... > Ah les cons ...

Ah les cons ...

samedi 19 février 2011, par marc

"Frode Steinicke, un artiste danois, a vu sa page Facebook désactivée après qu’il ait mis une oeuvre de Courbet comme photo de profil"...

De quoi, de quoi ???

Halte à la réaction ! Allez Georges va s’y, dis leur !!!

et puis tiens, Colette, précise un peu ...

Que c’est bon d’être demoiselle
Car le soir dans mon petit lit
Quand l’étoile Vénus étincelle
Quand doucement tombe la nuit

Je me fais sucer la friandise
Je me fais caresser le gardon
Je me fais empeser la chemise
Je me fais picorer le bonbon

Je me fais frotter la péninsule
Je me fais béliner le joyau
Je me fais remplir le vestibule
Je me fais ramoner l’abricot

Je me fais farcir la mottelette
Je me fais couvrir le rigondonne
Je me fais gonfler la mouflette
Je me fais donner le picotin

Je me fais laminer l’écrevisse
Je me fais foyer le cœur fendu
Je me fais tailler la pelisse
Je me fais planter le mont velu

Je me fais briquer le casse-noisettes
Je me fais mamourer le bibelot
Je me fais sabrer la sucette
Je me fais reluire le berlingot

Je me fais gauler la mignardise
Je me fais rafraîchir le tison
Je me fais grossir la cerise
Je me fais nourrir le hérisson

Je me fais chevaucher la chosette
je me fais chatouiller le bijou
Je me fais bricoler la cliquette
Je me fais gâter le matou

Et vous me demanderez peut-être
Ce que je fais le jour durant
Oh ! cela tient en peu de lettres
Le jour , je baise, tout simplement

2 Messages

  • Ah les cons ... Le 19 février 2011 à 16:10

    Ha on ne sait plus quoi inventer pour pousser les gens sur Facebook
    tu vas choquer les petits
    Maman

    Répondre à ce message

  • Ah les cons ... Le 1er mars 2011 à 17:57, par marion

    Paroles

    Tu es pour moi le symbole vivant
    Des amours romantiques qu’on découvre à trente ans
    Ton corps me fait vibrer, dans tes bras je m’enivre
    Mon cher Albert
    Mon cher Albert

    Lorsque tous deux, ensemble nous vivons
    Mon ventre sur ton dos formant un édredon
    Que j’ai donc du plaisir à contempler ta nuque
    Mon cher Albert
    Mon cher Albert

    Tu fais pour moi des choses aphrodisiaques
    Tout nu dans la cuisine, tu me lis du Mauriac
    Lorsque j’entends ces mots, je l’avoue, ça m’excite
    Mon cher Albert
    Mon cher Albert

    Comme Pollux et son copain Castor
    Comme Yseut et Tristan, comme Sodome et Gomorrhe
    Nous sommes réunis par un amour unique
    Mon cher Albert
    Mon cher Albert

    Je vais pourtant encore te demander
    Une dernière grâce, pour mieux me contenter
    Lorsque tu viens m’aimer, garde donc ta soutane
    Mon cher Albert
    Mon cher Albert

    Mon cher Albert, mon petit Albert (ad lib)
    Paroles en attente d’une autorisation des ayants droit.
    Nous nous engageons à en retirer l’affichage en cas de demande de leur part.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article